VISITE DU PRESIDENT AU TRARZA

8 mai 2008

article

visite du president au trarza
Album : visite du president au trarza

20 images
Voir l'album

Présentation  de la wilaya

La wilaya du Trarza est située dans la partie sud de la Mauritanie. Elle est limitée à l’ouest par l’océan atlantique, au sud par le fleuve Sénégal, à l’est par le Brakna ; au nord est par le Tagant et l’Adrar et par l’Inchiri au nord ouest.

Population 287 106 habitants dont 129490 éleveurs, superficie 67 800 km2 

Elle compte 6 moughata (Rosso, Mederdra, Boutilimit, Rkiz ; Keur Massène et Ouad Naga) cinq arrondissements (Jidrel Mohguen, Tiguent, Lexeiba 2, Tékane et Ndiago)

 25 communes.

 

Activités

 

 

Agriculture:La wilaya du Trarza se trouve au sommet de la pyramide des wilayas agro-sylvo-pastrale et constitue un réservoir de productions agricoles. Grâce aux barrages de Manantali et de Diama qui ont permis la maîtrise de l’eau et de la salinité, les terres irrigables du Trarza sont de l’ordre de 55 200 ha dont 28 000 ha déjà aménagés et 15 000 ha mis en cultures rizicoles durant les deux campagnes annuelles. Tandis que les superficies mises en culture de décrue sont estimées à 18 000 ha, les cultures pluviales sont encore négligeables ; elles sont estimées entre 400 et 500 ha. Cependant les cultures maraîchères constituent une activité qu prend de l’ampleur aussi bien dans la vallée que dans les zones de sondage.

Elevage:La wilaya a toujours été une zone privilégiée de l’élevage où les estimations du cheptel sont de l’ordre de : bovidés 150 000 têtes, ovins et caprins : 1.275 000 têtes, camelin,  65 000 têtes et asins et équins, 15 000 têtes, 10 centres de vaccinations, 3 réserves pastorales clôturées de 100 hectares chacune, 9 puits, insémination artificielle de 125 vaches, en partenariat avec le EISMV (Ecole Inter état de Science et Médecine Vétérinaire)

La filière lait a connu un essor qui a permisL’installation de trois centres de collecte de lait,l e développement  d’un élevage semi intensif,l’utilisation de sous produits agricoles qui génèrent des revenus importants aux agriculteurs.

D’autre part le commissariat aux droits de l’homme et de la lutte contre la pauvreté et à l’insertion  qui a conçu un programme d’appui aux coopératives paysannes pauvres non éligibles au crédit agricole a réalisé 299 projets générateurs de revenu.

La SONADER (Société Nationale de Développement Rural) continue  d’encadrer des producteurs et à leur apporter un appui conseil en appliquant la méthode participative afin d’amener les agriculteurs les plus pauvres à être éligible au crédit agricole en augmentant leurs rendements par la maîtrise des techniques de l’agriculture irriguée et en utilisant des semences certifiées.

Les projets de développement

Les projets qui interviennent dans le développement durable dans la wilaya sont :

 Le projet biodiversité Mauritanie Sénégal : il intervient  dans le reboisement et fixation des dunes à Mballal, El Khatt et Lexeïba.

Le PDIAIM :qui vise la création de conditions favorables à une diversité compétitive à travers l’extension de la gamme  de produits couverts, le développement de nouvelles technologies d’irrigation, de protection, la finalisation des infrastructures et l’appui aux groupements.

LE  PDRC : Le programme de développement rural communautaire qui touchera durant 6 ans 118 villages répartis dans 19 communes.

LE PADEL : Le projet de gestion des parcours et développement de l’élevage ayant pour objectif spécifique la protection, la réhabilitation et la gestion rationnelle des parcours d’élevage, l’amélioration de la production du cheptel et l’appui des structures du sous secteur de l’élevage.

 

Les étapes la visite

C’est  vers 10h  que le président arrive au PK9, lieu de l’accueil, sous un climat peu clément car les premiers signes de la canicule se faisaient déjà sentir. A l’accueil se trouvaient les autorités administratives, militaires, les élus et la population. Le site était marqué par une pagaille monstre au point que les officiels étaient réduits à se tenir hors

du rang.

Apres ,cap vers la ville où la population s’était massée sur les deux bords de la route avec des banderoles souhaitant la bienvenue à l’illustre hôte.

A la tribune officielle  le maire de Rosso le Pr. Yerim Fassa dans son allocution a dit que cette visite  constituait un motif de fierté et de satisfaction. Ensuite il a souhaité  que le secteur  agricole  soit  intégré dans la politique de décentralisation , ceci permettra  aux communes  les plus démunies  de générer des ressources  et par ce  fixer  les populations dans leur terroir, il a  souhaité la création des crédits  municipaux agro pastoraux et une agropole à Rosso. Il a terminé son discours en souhaitant  la bienvenue au président dans toutes les langues nationales. Lui succédant le président  a réitéré l’engagement résolu des pouvoirs publics sur la voie de l’autosuffisance alimentaire car « nous n’avons d’autres  choix que de développer notre

 production agricole ». en outre il a déploré la sous exploitation des terres : « sur  un potentiel de 140.000 ha  nous n’avons aménagé que 40 à 50 mille ha dont 26 mille n’ont  jamais été exploité donc la solution durable consiste à exploiter le potentiel dont nous disposons. ».avant de terminer  il a donné  le coup d’envoi officiel de la campagne agricole 2008-2009.

Apres les discours ,le président est allé  l’exposition à l’aérodrome où le président a  visité les différents  stands et a écouté d’une oreille attentive les explications des uns et des autres, cette étape s’est terminée par la visite d’un périmètre pilote.

Dernière étape de la visite du chef de l’état

Le président de la république a clôturé sa visite dans la wilaya par le site  des rapatriés au (PK6).  Cette étape fut sans doute le clou de la visite. Moment solennel et émouvant que la rencontre du président avec ces hommes et ces femmes qui n’ont pu rentrer au bercail que par la détermination du chef de l’état et dont les enfants auront la chance de grandir dans leur propre pays. La  joie se lisait sur leurs visages Un accueil chaleureux lui fut réservé par la population qui tenait a marquer toute sa gratitude.  Il fut accueilli par le ministre de l’intérieur, Yall Zakariya ; le directeur de l’ANAIR, Moussa Fall et Didier Laye  responsable du HCR résident en Mauritanie ainsi que les autorités civiles et militaires des cadres et des notables de la wilaya.

L’allocution du porte parole des réfugiés a porté sur la propriété terrienne et les papiers d’état civil, le président a demandé aux autorités de trouver des solutions pour ces problèmes le plus tôt possible. De toute manière, a ajouté le président de la république  l’état n’épargnera aucun effort en vue de la réalisation de bien être et le développement. Il a conclu en disant que certains parlent de division ou de différents entre les rapatriés et certaines franges de la population  mais en fait ce qui nous lie est beaucoup plus fort que ce qui nous divise

 

 

Les méandres de la visite

Deina le revenant

Dans le cadre des préparatifs de la visite l’ex maire de Rosso, Sow Mohamed Deïna,  a battu le rappel de ses troupes pour une réunion à son domicile pour donner un cachet spécial à la visite. Et à cette occasion ils ont dressé  une vingtaine de  tentes  sur un terrain vague au nord  de l’hôtel AL ASMAA.

Mesures drastiques

A la veille de la visite du Raïs la wilaya( bureaux) était devenue une véritable forteresse dont l’accès était interdit même aux ayant droit. Ainsi  la wali mouçaïd, le DRS, le responsable du PADEL, la coordinatrice régionale à la condition féminine, le secrétaire général de la commune, Moudir Ould Bouna, Mohamed Vall Ould Youssouf, le maire de Rosso à un moment et bien d’autres. Les gardes disent n’appliquer que les ordres du wali. Ce qui a mis le hakem de Rosso, Sidi Sow, dans tous ses états et qui a forcé le passage lorsqu’un des gardes a voulu lui barrer la route

Des Hakems mécontents

Au site d’accueil (au pk9), l’organisation qui était une véritable pagaille organisée au point qu’à l’arrivée du Raïs la bousculade était telle que certains Hakems ont boudé la cérémonie et s’en ont pris violemment au DRS, qui  a dit ne rien avoir avec le service d’ordre et que tout ceci n’est que le  travail du protocole. Cela ne suffira pas pour faire tomber leurs  colères ; et ils parleront de démission collective.

Finalement il n’en fut rien. Tout est bien qui finit bien ; mais  à l’avenir le wali se doit de ménager les officiels.   

Le wali débordé

Lors de la réunion avec les agriculteurs, le wali s’est retrouvé avec une salle  archi comble et lorsqu’il a demandé aux agriculteurs  d’évacuer la salle et d’aller se concerter pour designer une quarantaine d’entre eux qui les représenteront  c’est un tohu-bohu indescriptible qui lui répondit. Les agriculteurs ne voulaient pas bouger d’un iota.

Les leurres du wali

 Pour la visite le wali a établi des badges pour  filtrer l’accès. Mais  ces badges porte tous la même inscription « reunion des cadres » quelque soit la catégorie professionnelle a laquelle le badge est octroyé. Ainsi les journalistes de la radio de la télévision, les employés de la commune, les membres de la troupe artistique, tous arboraient le même badge sans distinction.

Les petits producteurs  se plaignent  auprès du président

Avant de quitter son lieu de résidence pour la visite du site des rapatriés, le chef de l’état a reçu une dizaine des représentants des coopératives locales. Ces derniers ont affirmé que toutes les coopératives sur l’axe Tékane -Dieuk ont été exclues de la liste  des agriculteurs ; pour la simple raison que les moyens dont ils disposent sont inexistants par rapport  aux gros moyens techniques et financiers des opérateurs économiques.

Dans les différentes interventions ils soulèveront le fait que souvent les investissements dans ce secteur profitent beaucoup plus aux plus nantis qu’à ceux qui en ont le plus besoin. D’autre part bon nombre des regroupements de ces coopératives sont constitués de femmes( exemple GARAK, CHIGARA etc.) or ces femmes depuis presque une décennie se débattent dans des problèmes  qui ont pour nom faiblesse du rendement , remboursements des dettes, problemes de concurrence etc. le président a dit que le ministre a bien pris note et que les services chargés de traiter ces problèmes s’y mettront au plus vite.

Et c’est sur cette note d’optimisme que le président a levé la séance pour se diriger vers le PK6.

 

AMADOU NDIAYE

CP/ROSSO

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “VISITE DU PRESIDENT AU TRARZA”

  1. lhaddane karim Dit :

    bjr;je suis marocain;j habite au sud est marocain descendant du tribu »lakrazba »qui se compose de trois fractions:oulad ahmed;oulad hssine et torchane plusieurs famille porte le nom trarzi;on nous a dit ke nous faisions partie du trarza;veuillez me clarifier;merci

Laisser un commentaire

Drama Noise |
Le rugby et plain d'autre t... |
ASSOCIATION HISTOIRE MILITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asiasialarabi
| Rêve Vole Vers Un Nouveau M...
| Les vidéos chocs de l'actu