La politique du fait accompli. Nous y sommes, nous y restons.

La politique du fait accompli. Nous y sommes, nous y restons. dans article Aziz_Meeting

Le meeting de soutien immense organisé, disons-le, par le Conseil d’État, est bien un message on ne peut plus clair, envoyé aux puissances occidentales et aux amis de l’ancien régime: nous y sommes, “nous y restons”, semblent dire les militaires.

Nous devons donc envisager sérieusement l’idée d’une transition plus ou moins longue vers un régime civil. Ni le général Aziz ni ses amis ne semblent vraiment pressés de quitter le pouvoir. Ils se sentent forts de l’appui des populations qui se bousculent dans les marches et meetings à travers le pays. Et ce ne sont pas les réticences encore timides de certains grands partis qui soutenaient l’action du général qui les empêcheront de dormir.

Il y a donc clairement une nouvelle donne. Comment sera-t-elle abordée? Le nouveau régime paraît penser que le temps jouera nécessairement pour lui. L’opposition extérieure et intérieure sera de toute façon (il le croit) bien amoindrie s’il met en branle les réformes nécessaires et regagne encore plus de confiance populaire. Les partisans de Sidi, pense-t-il, en seront pour leurs frais.

Le seul problème est que ce calcul est compris et rejeté par une opposition très forte, dopée par les condamnations extérieures, qui n’accordera aucun répit à un régime qu’elle rejette absolument.

À cela s’ajoutent les erreurs des nouveaux maîtres du pays qui croient pouvoir enterrer le régime de Sidi par le retour aux vieilles méthodes de gouvernement et aspirent à mener le pays en bateau vers …l’inconnu.

Et les Mauritaniens dans tout cela? Ils ne semblent pas préoccuper, outre mesure, les protagonistes de cet imbroglio politique.

Biladi

 

 


Répondre

Drama Noise |
Le rugby et plain d'autre t... |
ASSOCIATION HISTOIRE MILITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asiasialarabi
| Rêve Vole Vers Un Nouveau M...
| Les vidéos chocs de l'actu