Mauritanie : Recensement ou délit de faciès ?

29 septembre 2011

Non classé

La Mauritanie serait-elle un pays africain où continue de perdurer le système d’esclavage ?

C’est la question que se posent bien d’observateurs après la vague de contestation par les Négro-Mauritaniens d’un recensement de la population : en effet, mardi 28 septembre dernier, un homme a été tué par balle et plusieurs personnes blessées à Maghama, sud de Nouakchott, la capitale, de la dispersion par les forces de l’ordre d’une manifestation contre ce recensement, jugé « discriminatoire » par les Négro-Mauritaniens.

On se souvient que cette contestation, qui a pris du poids depuis un certain temps, s’est traduite à Nouakchott et hors de la Mauritanie par des manifestations qui s’étaient déroulées de manière civilisée jusque-là.

Avec cette mort d’homme, les Négro-Mauritaniens font prévaloir leur ras-le-bol face à ce qui est considéré comme un racisme d’Etat : ainsi, les Mauritaniens noirs se disent victimes de faits racistes lorsqu’ils vont se faire recenser ; d’où leur colère, vu qu’ils sont toujours considérés comme des citoyens de seconde zone par leurs compatriotes de peau blanche, qui tiennent les rênes du pouvoir. Véritablement, il était à penser que ces actes discriminatoires n’avaient plus droit de cité.

Mais à entendre les Négro-Mauritaniens, le mal est toujours là. Et comme il fallait s’y attendre, au lieu de tenter de résoudre ce problème endémique que vivent les Noirs mauritaniens depuis, Ould Boilil, le ministre de l’Intérieur, n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger « les manifestants qui, sous prétexte d’arguments fallacieux, véhiculent, inconsciemment, par rapport à l’opération d’enrôlement, des slogans sans fondements qui, au-delà de l’intoxication, sont l’œuvre d’acteurs politiques malveillants et peu soucieux de l’intérêt national ».

Cela est peut-être vrai. Mais si tous les opposants sont, sans distinction, des Négro-Mauritaniens, cela pose problème ! Et ils n’auraient pas tort de se dire frustrés, car, à voir les manifestants, on n’y trouve pas de Mauritaniens de peau blanche. Cela relance la question de la discrimination dont sont victimes les Noirs, voire du racisme dont se plaignent les Mauritaniens de cette race.

Pour aller de l’avant, la Mauritanie se doit de traiter tous ses fils sur un pied d’égalité ; il y va de son unité nationale.

Kader Traoré — L’Observateur Paalga

source cridem.org

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Drama Noise |
Le rugby et plain d'autre t... |
ASSOCIATION HISTOIRE MILITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asiasialarabi
| Rêve Vole Vers Un Nouveau M...
| Les vidéos chocs de l'actu