Rosso : Meeting de l’UPR, Le meeting du défi

Rosso : Meeting de l’UPR, Le meeting du défi dans article imag0053-300x225

Une semaine après son démarrage la campagne électorale a atteint sa vitesse de croisière et les protagonistes rivalisent de meeting et de déploiement de moyens.

Ayant privilégiés jusque-là l’intérieur, l’UPR a organisé son premier meeting populaire à Rosso ce jeudi 14 novembre. La mobilisation fut impressionnante mais malheureusement l’organisation a connu quelques ratés mais dans l’ensemble le meeting fut une réussite.

Le meeting du défi comme l’ont appelé les candidats, défi au pronostiqueurs qui donnent l’UPR coude à coude avec EL WIAM, défi a ceux qui pensent que le candidat d’EL WIAM passerait au premier tour.

Prenant le parole le sénateur de Rosso et mentor des candidats a dit que le choix des candidats répond au souci du renouvellement de la classe politique, nos candidats sont des jeunes cadres qui ont fait leur preuves et qui n’ont plus rien à prouver, mais nous voulons que ces compétences soient mises au service des collectivités c’est ce qui motive leur choix. Avec Mohamed Vall Ould Teyfour à l’animation, l’ambiance montait à chaque fois d’un cran et quand il déclinait  un « gaav » avec cette facilité déconcertante dont lui seul a le secret on est pas loin de l’hystérie. Apres le sénateur ce fut autour du candidat maire Bombe Ould Dramane de prendre la parole et il eut droit à un standing ovation ; il faut dire que Bombe bénéficie d’un large élan de sympathie  chez les jeunes. Apres avoir  remercié des populations qui ont fait le déplacement pour assister au meeting ; les cadres du partis et les sympathisants venus en grand nombre. Il a dit »Je ne saurai mieux dire qu’en vous présentant mon programme, programme que je suis sur sortira les populations des problèmes qui les assaillent depuis des décennies, notre programme entre en droite ligne avec la vision du président de la république

Le candidat maire, Bombe Ould Dramane dans un bref interview nous a livré les grands axes de son programme

« Les priorités de la commune sont claires pour tout le monde : le problème d’assainissement qu’il va falloir régler car aujourd’hui la ville est invivable mais avec un plan d’assainissement bien fait et avec des spécialistes il est possible de résoudre ce problème. En outre la ville  nouvelle Pk 7 constitue un sérieux problème, c’est une belle idée une chance même pour les nouveaux  venus qui veulent construire dans un endroit viable ; l’effort consistera alors à convaincre  les autochtones de quitter leurs habitats pour s’installer ailleurs, ce qui ne sera pas facile.

Par ailleurs notre commune constitue un trait d’union et une  fenêtre sur l’Afrique via le Sénégal elle doit avoir un certain style sur le plan infrastructures et sur le plan classement donc c’est une commune qui doit être  rebâtie sur des nouvelles normes

Aussi par sa position géographique elle pose un problème sécuritaire, la jeunesse doit être encadrée  et suivie et surtout créer des structures qui puissent occuper les jeunes et leur donner des débouchés et dans ce cadre des programmes éducatifs et des centres de formation professionnels  à l’image de ceux  déjà initiés par le président seront crées mais il faut les améliorer et diversifier les filières.

Il y’a aussi le problème d’ordure, le ramassage des ordures constitue un défi  majeur d ou l’idée de trouver un partenaire et de confier la tâche a une société spécialisée comme il a été fait à Nouakchott  car la commune en tant qu’entité administrative ne peut résorber ce problème.

Le volet  social a aussi droit de cité nous avons des projets pour les populations vulnérables comme le veut le président à travers ses programmes de distribution de vivres etc. »

A travers ce meeting l’UPR se dit confiante et n’a aucun doute qu’elle passera au premier tour.Mais l’affluence n’est pas synonyme de voix car bon nombre de ses personnes ne sont même pas inscrites sur les listes électorales. Et dans ce sens  ce passage de l’article de notre confrère Mohamed Sneiba est révélateur  Des QG où l’important n’est pas d’élaborer des plans de bataille mais d’entretenir l’ardeur des troupes. Car tout est affaire de moyens. L’argent, ce mot délicieux dans la bouche d’un mauritanien, quand il dit « el vadha harquet » (l’argent circule) est vraiment ici le nerf de la guerre. Les formations politiques le savent

La politique, en temps de campagne, se passe de sentiments. J’ai entendu un président de parti (cartable certes) dire aux femmes de son clan : « Mangez » l’argent du parti au pouvoir mais votez pour moi ! C’est de bonne guerre. Ces bonnes dames ne trahissent pas. Elles usent de politique. Le parti au pouvoir en Mauritanie a toujours battu campagne avec l’argent public. Ou avec celui des hommes d’affaires qui récupèrent la mise plus tard avec des marchés surfacturés. Cette vérité-là a souvent été niée mais elle est connue de tous. D’ailleurs ceux qui n’ont pas de postes à défendre au Makhzen ou qui n’aspirent pas à une « promotion », ne sont intéressés que par ce qu’ils peuvent gagner ici et maintenant : L’argent de la campagne que l’on distribue en fonction de la notoriété, de l’apport (en électeurs) et des réseaux tribalo-régionalistes qui fonctionnent à plein régime en ce moment.

NDIAYE

 

Laisser un commentaire

Drama Noise |
Le rugby et plain d'autre t... |
ASSOCIATION HISTOIRE MILITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asiasialarabi
| Rêve Vole Vers Un Nouveau M...
| Les vidéos chocs de l'actu