PERMIS INTERNATIONAL DE PILLER SON PAYS: MODE D’EMPLOI

1Quand le Colonel TAYA abuse de la planche à billets et où la Banque Mondiale et le FMI, après avoir longtemps « ajusté » le monde, doivent, alors, « ajuster » leurs propres chiffres.

INTRODUCTION :

Conscience et Résistance vient de se procurer le document le mieux protégé de la Banque Centrale de

Mauritanie. Il s’agit du compte secret 5702900, intitulé « Opérations à Régulariser de l’Actif »,ouvert dans les livres de l’Institut National d’Emission ( BCM ). Par ce support comptable,

transitent les dépenses publiques dont les écritures officielles occultent l’existence. Il exprime la

réalité de déficits, soigneusement ignorés par la Loi de Finances et toujours « méconnus » dans le

Budget. Son exégèse permet de mettre à nu l’ampleur du mécanisme de fraudes et de faux, grâce

auquel le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie s’assure le soutien de la Banque

Mondiale ( BM ) et du Fonds Monétaire International ( FMI ), dans le financement, la conduite et

l’impunité de sa gestion désastreuse de l’économie.

D’emblée, il faut retenir que le plafond du déficit des dépenses publiques, convenu entre le

Gouvernement et le groupe de Bretton Woods, s’élève, annuellement, à deux milliards d’ouguiya, soit

9 millions de dollars. En vertu de cette astreinte, destinée à maintenir l’équilibre des finances, le

compte du Trésor à la BCM peut être débiteur de ce montant et seulement de ce montant. C’est une

condition irréductible de l’ajustement, critère dont le respect scrupuleux détermine la maîtrise des

indicateurs économiques ( monnaie, taux d’intérêt, taux de change, budget de l’Etat…), produisant

eux-même l’optimum de la politique économique : plein emploi, soutien de la croissance, équilibre

extérieur, stabilité des prix.

Or, non seulement les engagements ne sont pas tenus mais la multiplication, par 32, de l’objectif de 2

milliards, ( puisque le solde débiteur en atteint 64 ) produit des tensions insupportables de trésorerie

qui conduisent, soit à la banqueroute, soit à l’utilisation massive de la planche à billets. S’installe, alors,

une crise économico-financière sans précédent et, de fait, ingérable dans les conditions normales de

transparence dans la gestion et de contrôle démocratique. Cette vacuité insoutenable des accords

d’ajustement paraît n’avoir pas été constatée par le FMI ni la BM, deux institutions pourtant promptes à

dénoncer des situations bien moindres. Pareille cécité – certains y verraient plutôt de la complaisance -

pose un problème planétaire : se trouvent mises en cause la crédibilité, la compétence, et finalement la

fiabilité des deux grands acteurs de l’économie mondiale, souvent responsables de désastres humains

sans commune mesure avec l’efficacité prétendue et l’éthique de convenance.

A une petite échelle, le cas de la Mauritanie, pays aux multiples ressources et peuplé de moins de 3

millions d’habitants, illustre les aberrations et les dérives de l’alternative libérale dans un contexte

autoritaire où les divers segments d’allégeance au maître du moment ( ici le Colonel Ould Sid’Ahmed

Taya et sa tribu ) vident l’Etat de sa fonction de neutralité et d’arbitrage, produisant, de facto, une

accumulation monopolistique au profit de la minorité dirigeante ; cette hérésie du résultat néopatrimonial

( confusion des biens public et privé ) à partir de la fameuse rationalité concurrentielle,

prônée par la BM et le FMI, est si manifeste, en Mauritanie, que la vulgate de la mondialisation s’en

trouve malmenée – euphémisme doux – à partir de ses propres postulats. Le document en question est

exposé, ici, dans sa version originale, d’où, sans doute, une certaine difficulté à la lecture de la colonne

dite « libellé du mouvement ». Suivent, ensuite, nos commentaires et conclusions.

2

BANQUE CENTRALE DE MAURITANIE

DIRECTION DE LA COMPTABILITE

CONFIDENTIEL

EXTRAIT DU COMPTE 5702900 : du 01/01/2000 au 31/12/2000 AUT.OP.A REG. DE L’ACTIF

DATE PIECE LIBELLE DU MOUVEMENT MONTANT en Ouguiyas SENS SOLDE en Ouguiyas

report de solde 0,00

02/01/2000 222726 AVANCE CONSENTIE A LA BNM 25 000 000,00 Crédit 25 000 000,00

03/01/2000 222696 echeance ida 01.01.2000 84 270 453,63 Débit 59 270 453,63

06/01/2000 222151 PARTIEL AVANCE CONSENTIE 178 647 842,00 Crédit 119 377 388,37

10/01/2000 227182 projet carte nle identite 1 180 000 000,00 Débit 60 622 611,63

11/01/2000 227287 RELIQUAT AVANCE CONSENTIE 11 352 158,00 Crédit 49 270 453,63

13/01/2000 222853 echeance oecf 20.12.99 30 262 021,44 Débit 79 532 475,07

13/01/2000 222879 echeance bei 01.12.99 18 579 610,31 Débit 98 112 085,3818/01/2000 222936 util credoc 410 rm o radi 32 633 381,61

Débit 130 745 466,99

24/01/2000 226313 o bcm fav bca del lavoro 31 182 904,00 Débit 161 928 370,9924/01/2000 226306 echeance fad 01.01.2000 74 387 412,31

Débit 236 315 783,30

24/01/2000 226303 echeance bad 01.01.2000 32 322 634,64 Débit 268 638 417,94

24/01/2000 227244 ECRIT 10.01.2000 CNI 180 000 000,00 Crédit 88 638 417,94

30/01/2000 226249 util credoc part 410.radi 378 096 962,06 Débit 466 735 380,00

31/01/2000 226174 o bcm fav bk lib france 10 290 960,00 Débit 477 026 340,0031/01/2000 226171 o bcm fav barcl bk 6 860 640,00

Débit 483 886 980,00

01/02/2000 226464 echeance ida 01.01.00 26 236 994,50 Débit 510 123 974,50

06/02/2000 222396 util credoc 410 radio mie 451 353,06 Débit 510 575 327,56

3

13/02/2000 59899 fav protocole presidence 7 004 760,00 Débit 517 580 087,56

15/02/2000 226823 echeance fida 15.01.00 47 027 030,38 Débit 564 607 117,9415/02/2000 226549 echeance ida 15.02.00 81 043 520,00

Débit 645 650 637,94

16/02/2000 226771 echeance ncm hollande 3 59 392 233,16 Débit 705 042 871,1016/02/2000 226768 echeance ico madrid 31.1 7 841 523,11

Débit 712 884 394,21

16/02/2000 226773 echeance hermes au 31.12. 5 751 287,43 Débit 718 635 681,6417/02/2000 226908 o bcm echeance bdf 31.12. 25 313 642,03

Débit 743 949 323,67

17/02/2000 226908 o bcm echeance bdf 31.12. 27 021 353,37 Débit 770 970 677,0417/02/2000 226920 echeance coface o bcm 31. 4 707 877,03

Débit 775 678 554,07

17/02/2000 226920 echeance coface o bcm 31. 11 890 441,25 Débit 787 568 995,3217/07/2000 220797 fav air mauritanie 3 000 000,00

Débit 790 568 995,32

17/02/2000 220799 projet carte ntle ident. 152 192 990,00 Débit 942 761 985,3220/02/2000 226798 o bcm fav komercni bk 25 997 136,87

Débit 968 759 122,19

20/02/2000 226023 echeance bresil 01.01.00 66 018 715,17 Débit 1 034 777 837,3620/02/2000 226030 echeance olb du 01.01 48 284 998,27

Débit 1 083 062 835,63

20/02/2000 226028 echeance csce du 01.01.0 9 986 560,14 Débit 1 093 049 395,7720/02/2000 226018 echeance ico 01.01.00 19 257 502,53

Débit 1 112 306 898,30

24/02/2000 221764 echeance oecf du 10.01. 49 376 851,65 Débit 1 161 683 749,95

28/02/2000 621245 divers 43 501,00 Crédit 1 161 640 248,95

01/03/2000 221693 util part credoc 410 rm t 48 272 375,72 Débit 1 209 912 624,67

02/03/2000 221879 echeance ico au 11.02.00 58 318 826,00 Débit 1 268 231 450,6705/03/2000 221939 o bcm fav orient consol 101 657 470,00

Débit 1 369 888 920,67

06/03/2000 221109 ecrit du 17.02.2000 11 890 441,25 Crédit 1 357 998 479,42

06/03/2000 221109 ecrit du 17.02.2000 27 021 353,37 Crédit 1 330 977 126,05

15/03/2000 221351 echeance ida a 15.3.00 30 619 537,98 Débit 1 361 596 664,03

19/03/2000 225225 fav air mie 3 000 000,00 Crédit 1 358 596 664,03

20/03/2000 221831 o bcm fav argentaria 6 749 000,00 Débit 1 365 345 664,03

4

22/03/2000 221280 util part. Credoc 410.rm 45 233 823,82 Débit 1 410 579 487,85

23/03/2000 220857 o bcm fav cic 30 817 417,40 Débit 1 441 396 905,2529/03/2000 218436 echeance fades 01.10.99 465 860 000,00

Débit 1 907 256 905,25

30/03/2000 218298 o bcm arrieres fades 232 930 000,00 Débit 2 140 186 905,2530/03/2000 59961 cabinet du chef de l’etat 10 374 510,00

Débit 2 150 561 415,25

02/04/2000 218328 echeance ida 01.04.2000 74 462 584,60 Débit 2 225 023 999,8503/04/2000 218792 o bcm fav barkley bk 10 073 040,00

Débit 2 235 097 039,85

03/04/2000 218765 util credoc part 003.mdm 49 442 712,85 Débit 2 284 539 752,7003/04/2000 218793 echeance fades 01.01. 150 190 853,62

Débit 2 434 730 606,32

04/04/2000 218790 ecrit du 03.04.2000 10 073 040,00 Crédit 2 424 657 566,32

05/04/2000 218865 util credoc 410 rm 18 220 262,26 Débit 2 442 877 828,58

16/04/2000 218068 echeance ida 15.04.00 27 828 721,20 Débit 2 470 706 549,7820/04/2000 59987 fav cabinet du chef de l’etat 9 636 004,00

Débit 2 480 342 553,78

23/04/2000 218557 ecrit du 26.03.2000 32 501 931,23 Débit 2 512 844 485,0127/04/2000 227506 echeance fad 01.04.2000 144 228 185,64

Débit 2 657 072 670,65

27/04/2000 227745 echeance bad 01.04.2000 150 343 726,54 Débit 2 807 416 397,1927/04/2000 227748 echeance fida01.04.2000 64 448 174,70

Débit 2 871 864 571,89

30/042000 227503 o bcm fav fades 904 254 410,64 Débit 3 776 118 982,5302/05/2000 227450 echeance ida 01.05.2000 109 513 320,00

Débit 3 885 632 302,53

07/05/2000 227382 echeance part fad 01.4. 145 233 734,67 Débit 4 030 866 037,2007/05/2000 153614 util credoc 418 emn 15 749 448,57

Débit 4 046 615 485,77

15/05/2000 227062 echeance ida 15.05.2000 79 025 657,50 Débit 4 125 641 143,2715/05/2000 227071 ecrit du 14.05.2000 armee 1 088 865,00

Débit 4 126 730 008,27

15/05/2000 227074 ecrit du 14.05.2000 armee 5 391 910,00 Débit 4 132 121 918,2715/05/2000 227070 o emn fav f:v flightsaf 67 829 731,50

Débit 4 199 951 649,77

15/05/2000 224702 fav conex 1 900 000,00 Débit 4 201 851 649,77

18/05/2000 227985 fav afd paris 109 780 000,00 Débit 4 311 631 649,77

5

22/05/2000 223192 util totale credoc 419 em 2 397 116,98 Débit 4 314 028 766,75

22/05/2000 65576 fav cabinet presidence 15 000 000,00 Débit 4 329 028 766,7524/05/2000 223665 util part credoc oo4 mdm 40 193 402,94

Débit 4 369 222 169,69

24/05/2000 223661 util totale credoc 421.em 9 904 524,58 Débit 4 379 126 694,2724/05/2000 223658 int retard o bcm fav hermes 134 057,05

Débit 4 379 260 751,32

24/05/2000 65505 presidence de la republique 500 000,00 Débit 4 379 760 751,3229/05/2000 65509 cab civil de la presid 3 370 380,00

Débit 4 383 131 131,32

29/05/2000 65508 cab civil de la presid 13 481 520,00 Débit 4 396 612 651,32

31/05/2000 99260 report de solde exercice 49 390 546 584,87 Débit 53 787 159 236,19

01/06/2000 223859 echeance ida 01.06.2000 32 762 737,60 Débit 53 819 921 973,79

01/06/2000 223862 echeance ida 01.06.2000 106 175 377,85 Débit 53 926 097 351,6401/06/2000 223890 o emn fav academy nl aviat 19 280 435,40

Débit 53 945 377 787,04

06/06/2000 219908 ecrit du 01.06.2000 ida 138 938 115,45 Crédit 53 806 439 671,5908/06/2000 65582 fav cabinet civil preside 7 098 440,00

Débit 53 813 538 111,59

15/06/2000 219336 o bcm note dsa 129 giesec 69 832 627,78 Débit 53 883 370 739,3720/06/2000 20321 ecrit du 28.02.2000 43 501,00

Débit 53 883 414 240,37

28/06/2000 154662 echeance fades du 01.04.2 526 928 279,34 Débit 54 410 342 519,7128/06/2000 154658 echeance fma du 10. Au 501 577 089,75

Débit 54 911 919 609,46

28/06/2000 219598 fav connex 1 910 000,00 Débit 54 913 829 609,4629/06/2000 219609 echeance bad au 01.07.2 32 596 167,11

Débit 54 946 425 776,57

29/06/2000 219615 echeance ida 01.07.200 90 950 382,95 Débit 55 037 376 159,5229/06/2000 219612 echeance fad du 01.7.2 83 446 283,79

Débit 55 120 822 443,31

06/07/2000 140 echeance fades du 01.05.2000 227 194 778,01 Débit 55 348 017 221,3206/07/2000 115 utilis part credoc 410 3 499 322,03

Débit 55 351 516 543,35

06/07/2000 104 utilis part credoc 420.em 7 197 248,82 Débit 55 358 713 792,1706/07/2000 65624 fav cabinet civil preside 7 001 660,00

Débit 55 365 715 452,17

10/07/2000 272 echeance fades 01.06.2000 152 353 574,10 Débit 55 518 069 026,27

6

12/07/2000 5768 echeance partielle bid 30.0 121 350 000,00 Débit 55 639 419 026,27

12/07/2000 5763 echeance fida 01.05.2000 3 462 360,63 Débit 55 642 881 386,9019/07/2000 4919 o mdn fav language int 8 740 800,00

Débit 55 651 622 186,90

19/07/2000 4912 o mdn fav china ship 493 029 680,00 Débit 56 144 651 866,9019/07/2000 4909 fav china nl aero o mdn 300 443 148,00

Débit 56 445 095 014,90

23/07/2000 4510 credoc oo4.da.mdn 4 790 128,36 Débit 56 449 885 143,2625/07/2000 65802 fav cabinet civil presiden 3 499 440,00

Débit 56 453 384 583,26

26/07/2000 5260 int retard fav bdf o bcm 2 223 311,25 Débit 56 455 607 894,5101/08/2000 5207 reliquat echeance bid 30. 360 104 878,04

Débit 56 815 712 772,55

07/08/2000 4552 bcm arrieres fma 100 646 962,29 Débit 56 916 359 734,8417/08/2000 4299 o somagaz fav citibk 341 427 099,45

Débit 57 257 786 834,29

22/08/2000 3929 echeance opep 21.6.00 27 659 645,73 Débit 57 285 446 480,0222/08/2000 3926 echeance fida 15.7.00 47 840 400,18

Débit 57 333 286 880,20

23/08/2000 3567 echeance oecf 20,6 et 84 145 246,52 Débit 57 417 432 126,7228/08/2000 3747 util part credoc 410 rm 15 758 741,66

Débit 57 433 190 868,38

29/08/2000 4111 echeance opepe 10.8.2000 84 441 531,32 Débit 57 517 632 399,7029/08/2000 4101 echeance opepe 15.7.2000 271 411 887,89

Débit 57 789 044 287,59

29/08/2000 4383 util part credoc 410 rm 4 917 642,92 Débit 57 793 961 930,5129/08/2000 1496 mt ff 180.000 protocole 6 080 364,00

Débit 57 800 042 294,51

31/08/2000 4240 retenus s/credoc 243 200,00 Débit 57 800 285 494,5131/08/2000 4243 FAV STE ROBERTT BOSH 1 302 669,01

Débit 57 801 588 163,52

03/09/2000 4179 util part credoc mdn:002 d 196 827 159,04 Débit 57 998 415 322,5604/09/2000 1616 emn fav institut langu 8 755 200,00

Débit 58 007 170 522,56

05/09/2000 1626 util part credoc emn 423 24 377 673,49 Débit 58 031 548 196,0505/09/2000 1629 util part credoc 422 emn 21 912 075,62

Débit 58 053 460 271,67

06/09/2000 2023 o emn fav basler 39 895 744,00 Débit 58 093 356 015,67

07/09/2000 1671 echeance fma 04.09.200 78 060 116,44 Débit 58 171 416 132,11

7

10/09/2000 1517 ecrit du 27.4 et 15.6.00 85 809 421,52 Débit 58 257 225 553,63

10/09/2000 1514 util credoc 003.mdn 107 452 026,73 Débit 58 364 677 580,3613/09/2000 2245 credoc 002.da.mdn 15 499 129,80

Débit 58 380 176 710,16

13/09/2000 2089 echeance bei 25.7.00 266 862 176,73 Débit 58 647 038 886,8914/09/2000 2145 util credoc 002.da.mdn 96 508 930,00

Débit 58 743 547 816,89

14/09/2000 2137 credoc 423.emn 28 394 087,69 Débit 58 771 941 904,5814/09/2000 2112 echeance ico 11.8.200 60 808 826,05

Débit 58 832 750 730,63

14/09/2000 2115 echeance ida 15.09.2000 9 133 600,00 Débit 58 841 884 330,6314/09/2000 2140 echeance ida 15. 09.2000 3 423 239,19

Débit 58 845 307 569,82

14/09/2000 3322 fav conex 2 000 000,00 Débit 58 847 307 569,8217/09/2000 2156 o emn fav mdnle 29 660 328,00

Débit 58 876 967 897,82

17/09/2000 2174 mise disposit billets $ 196 400,00 Débit 58 877 164 297,8217/09/2000 2165

mohamed el moctar o ahmed 1 242 573,92 Débit 58 878 406 871,74

18/09/2000 2606 echeance fades 01.7.20 807 893 032,58 Débit 59 686 299 904,3218/09/2000 2609 echeance fma 18.9 et 19 451 828 560,10

Débit 60 138 128 464,42

19/09/2000 1576 cabinet civil presidence 4 840 110,00 Débit 60 142 968 574,4221/09/2000 2272 util credoc 002.da.mdn 61 526 213,10

Débit 60 204 494 787,52

25/09/2000 1797 util credoc 002.da.mdn 5 325 078,50 Débit 60 209 819 866,0202/10/2000 1985 echeance fad 10.10.00 307 512 795,00

Débit 60 517 332 661,02

02/10/2000 57422 Somme mise disposition cab civil presid 13 477 160,00 Débit 60 530 809 821,0203/09/2000 1982 fav bad ordre tresor 147 634 995,00

Débit 60 678 444 816,02

03/10/2000 2363 fav fida 63 100 034,68 Débit 60 741 544 850,7004/10/2000 2404 utilisation du credoc 9 786 500,31

Débit 60 751 331 351,01

04/10/2000 2407 Utilisation partielle du credoc 48 886 564,76 Débit 60 800 217 915,7711/10/2000 1154 util part. Du credoc 556 690 024,19

Débit 61 356 907 939,96

11/10/2000 1132 fav deutsche bk 12 518 063,04 Débit 61 369 426 003,00

17/10/2000 57438 Cabinet civil presid 10 039 020,00 Débit 61 379 465 023,00

8

17/10/2000 57439 FAV CONEX 540 000,00 Débit 61 380 005 023,00

19/10/2000 1202 utilisation du credoc 99 069 371,00 Débit 61 479 074 394,0022/10/2000 1205 fav ee.r..b 106 992 970,00

Débit 61 586 067 364,00

23/10/2000 9038 fav fades 307 766 425,04 Débit 61 893 833 789,0425/10/2000 9944 fav cic paris 48 141 900,00

Débit 61 941 975 689,04

26/10/2000 9980 util.part.du credoc 55 551 025,60 Débit 61 997 526 714,6426/10/2000 9975 util.part.du credoc 5 722 216,02

Débit 62 003 248 930,66

26/10/2000 9983 util du credoc 10 686 312,00 Débit 62 013 935 242,6630/10/2000 9180 util.credoc 57 417 302,15

Débit 62 071 352 544,81

31/10/2000 9190 fav ida washington 38 806 263,00 Débit 62 110 158 807,81

01/11/2000 1252 ecrit du 31.10.2000 38 806 263,00 Crédit 62 071 352 544,81

05/11/2000 9342 o tresor fav bei 21 161 775,05 Débit 62 092 514 319,86

05/11/2000 9345 tresor fav bk austral 21 380 515,09 Débit 62 113 894 834,9505/11/2000 9348 fav fida o tresor rim 27 812 237,52

Débit 62 141 707 072,47

08/11/2000 1766 o eñn contrat 01,aca.ñdn 8 449 602,38 Débit 62 150 156 674,8508/11/2000 1763 bcñ fav sapcoñ 32 948 600,00

Débit 62 183 105 274,85

08/11/2000 1763 diverse ecrit 66 800 000,00 Débit 62 249 905 274,8508/11/2000 1720 contrevaleur 300000 ff 10 101 360,00

Débit 62 260 006 634,85

09/11/2000 9355 amb.rim alger 10 100 000,00 Débit 62 270 106 634,8509/11/2000 9365 util credoc 423 eñm 75 344 520,66

Débit 62 345 451 155,51

09/11/2000 9368 util credoc 422 eñm 7 096 099,66 Débit 62 352 547 255,1713/11/2000 1857 util credoc 410.rm 1 304 406,88

Débit 62 353 851 662,05

13/11/2000 1837 amb. rim: madrid ot 261.0 25 000 000,00 Débit 62 378 851 662,0513/11/2000 1845 amb. rim: alger ot 292.0 44 400 000,00

Débit 62 423 251 662,05

13/11/2000 1888 amb. rim: banjul ot 235.00 15 000 000,00 Débit 62 438 251 662,0514/11/2000 9417 mt 11.1.00 fav fm arabe 7 902 346,17

Débit 62 446 154 008,22

14/11/2000 9413 echeance ida 15.11.00 23 962 906,48 Débit 62 470 116 914,70

9

15/11/2000 9478 util part credoc 424.bcm 7 720 078,08 Débit 62 477 836 992,78

18/11/2000 9470 amb. rim: dakar ot 302.00 30 000 000,00 Débit 62 507 836 992,7815/11/2000 1735 7000FF DISP CAISSIER GL 229 835,20

Débit 62 508 066 827,98

16/11/2000 9494 regl part credoc 410.rm 57 267 342,52 Débit 62 565 334 170,50

16/11/2000 1942 ecrit du 14.11.2000 23 962 906,48 Crédit 62 541 371 264,02

19/11/2000 9467 amb. rim: dakar 30 000 000,00 Débit 62 571 371 264,02

19/11/2000 9464 amb. rim: sanaa 20 000 000,00 Débit 62 591 371 264,0219/11/2000 9763 ecrit du 19.11.00 15 000 000,00

Débit 62 606 371 264,02

20/11/2000 9507 util part credoc .002.da 6 808 346,77 Débit 62 613 179 610,7920/11/2000 9521 amb rim n york ot 263.00 25 000 000,00

Débit 62 638 179 610,79

20/11/2000 9518 amb. rim rabat: ot 305.00 30 000 000,00 Débit 62 668 179 610,7921/11/2000 9515 amb. rim: paris 10 000 000,00

Débit 62 678 179 610,79

21/11/2000 9812 amb. rim: tripoli 10 000 000,00 Débit 62 688 179 610,7921/11/2000 9819 amb. rim: moscou 30 000 000,00

Débit 62 718 179 610,79

21/11/2000 9824 amb. rim; tunis 44 000 000,00 Débit 62 762 179 610,7923/11/2000 1956 amb. rim: koweit ot 312. 30 000 000,00

Débit 62 792 179 610,79

30/11/2000 4978 fav embry riddle 180 363,28 Débit 62 792 359 974,0730/11/2000 4970 eav language exchange 1 530 402,50

Débit 62 793 890 376,57

03/12/2000 4825 fav ubaf regl echeance 24 354 246,00 Débit 62 818 244 622,5704/12/2000 4844 amb. rim bissao 15 000 000,00

Débit 62 833 244 622,57

05/12/2000 4870 ecrit du 15.11.00 7 720 078,08 Crédit 62 825 524 544,49

06/12/2000 4889 frais s: annul credoc 427 597 457,83 Débit 62 826 122 002,32

07/12/2000 4052 amb. rim: pekin 15 000 000,00 Débit 62 841 122 002,3207/12/2000 4060 part credoc 422.emn 2 436 104,81

Débit 62 843 558 107,13

07/12/2000 4065 part credoc 423.emn 86 711 233,31 Débit 62 930 269 340,4410/12/2000 4102 util credoc 003.da.emn 40 218 593,77

Débit 62 970 487 934,21

10/12/2000 4739 util credoc 004.da.emn 3 641 155,06 Débit 62 974 129 089,27

10

10/12/2000 4744 ecrit du 23.07.00 4 790 128,36 Crédit 62 969 338 960,91

10/12/2000 4747 ecrit du 30.10.00 57 417 302,15 Crédit 62 911 921 658,76

12/12/2000 4768 amb.rim: niamey 15 000 000,00 Débit 62 926 921 658,76

12/12/2000 4153 o bcm echeance afd 31.10. 54 228 214,81 Débit 62 981 149 873,5714/12/2000 4534 note dsa 323 du 12.12.00 66 547 849,46

Débit 63 047 697 723,03

14/12/2000 4442 util part credoc 423.emn 20 139 916,81 Débit 63 067 837 639,8418/12/2000 4589 amb. rim: bonn ot 317.0 14 000 000,00

Débit 63 081 837 639,84

18/12/2000 4204 amb. rim: ottawa ot 303. 15 000 000,00 Débit 63 096 837 639,8419/02/2000 4347 echeance afd 31.10.00 ot 209 784 257,87

Débit 63 306 621 897,71

21/12/2000 7243 min finances fav natex 126 425 000,00 Débit 63 433 046 897,7126/12/2000 7343 ecrit part 21.12.00 76 046 442,20

Débit 63 509 093 339,91

31/12/2000 7359 util part credoc 422.emn 2 752 258,01 Débit 63 511 845 597,92

NOMBRE DE MOUVEMENTS 218

TOTAL DEBIT

TOTAL CREDIT

11

LE VERDICT DES CHIFFRES :

Le solde de ce compte s’élève à 63,5 milliards d’ouguiya ou 295 millions de dollars américains au

31/12/2000, après avoir été de 49,4 milliards d’ouguiya ou 236 millions de dollars au 31/12/1999.

La variation globale du compte, pour la seule année 2000, s’élève donc à 14,1 milliard d’ouguiya

( UM ), soit 59 millions de dollars US ( $ ) ; Elle se présente comme suit :

- Règlements aux bailleurs de fonds: 8,9 milliards UM ou 37 millions $ .

- Dépenses militaires : 1,4 milliard UM ou 6 millions $

- Dépenses Ministère Intérieur : 0,5 milliard UM ou 2,3 millions $- Renflouements

2 ambassades : 0,5 milliard UM ou 2,2 millions $

- Renflouements Prés idence : 0,1 milliard UM ou 0,5 million $

- Crédocs non identifiés et divers : 2,7 milliards UM ou 11 millions $

L’examen attentif du relevé en question montre que ce prétendu «compte à régulariser » ( quand ?)trahit, avec éloquence, la faillite des méthodes de suivi de la Banque Mondiale et du FMI: Il est unsecret de Polichinelle que les statistiques, portant la caution des deux partenaires, sont truquées, c’est àdire contrefaites en fonction des alliances stratégiques. En dépit des atteintes au libertésélémentaires et d’un bilan humanitaire singulièrement sanglant par comparaison aux autresEtats du Sahel, le régime du Colonel Ould Taya offre des garanties appréciables à l’Occidentdémocratique : à l’Europe et au Japon, il renouvelle des autorisations de pêche, hors contrôle effectif,dans les eaux les plus poissonneuses du monde et sans doute les plus razziées. Aux Etats Unisd’Amérique, il concède le maintien de relations diplomatiques avec Israël.

Tant de bonne volonté mérite bien un peu de mauvaise foi. La Banque Mondiale et le FMI seproclament apolitiques et se contentent, sur le mode le plus atemporel, de promouvoir le prédicat dusalut universel par la concurrence, la liberté des prix et l’économie ouverte, tous dogmes appliqués à une Mauritanie où l’Etat de droit reste une lointaine visée. L’Europe – l’Espagne et la France enpremier – adopte, quant à elle, le modèle de l’indifférence criminelle que résume la formule de la« non-ingérence », traduction tacite du refus de porter assistance à un peuple en danger. Tout enaccordant à une dictature les moyens matériels et diplomatiques de sa stabilité, on se prétendneutre envers ses excès . A Chacun sa dose de barbarie derrière ses frontières, ainsi prend effet le permis international de piller son pays en toute souveraineté !

CONSEQUENCES :

1/ Le plafond légal d’avances, c’est à dire le montant du déficit autorisé annuellement par les

institutions de Bretton Woods, s’élève, pour la Mauritanie, à 2 milliards d’ouguiya ou 9 millions

de dollars. Or, il est allègrement dépassé. La violation des accords multilatéraux par l’Etat receveurest ici flagrante. Le débit atteint 295 millions US, soit les 3 quarts environ du concours promis,

pour 4 ans ( 412 millions US ), par les « partenaires économiques » de la Mauritanie, réunis à

Paris, au sein du Comité Consultatif, le 18 décembre 2001 !!! Seul le recours, par naturefrauduleux, à la production de monnaie sans garanties, explique un tel écart. La situation est d’autant plus inquiétante que le solde de ce compte d’avance, déguisé en «compte à régulariser »,

pulvérise, 32 fois, le plafond légal du Trésor Public auprès de la Banque Centrale. Il remonte, probablement,à plusieurs années.

L’artifice semble peu élaboré puisque l’ajustement structurel, pilier de l’idéologie de la

déréglementation, repose, avant tout, sur une discipline budgétaire et monétaire, exprimée par les plafonds, tant pour les dépenses de l’Etat que les crédits à l’économie et aux banques. Or, ce «compte

à régulariser », dont l’existence même demeure inconnue du public, permet de contourner ces plafonds s’ils sont atteints ; l’on continue, ainsi, à dépenser et détourner sans alarme ni entrave.

2/ Le solde est de 63,5 milliards d’ouguiya ou 295 millions de dollars au 31/12/2000. Son étude

révèle qu’il s’agit bel et bien de dépenses de l’Etat – prévues ou non dans les lois de finance –

12 supportées par l’Institut d’Emission aux lieu et place du Trésor Public, le tout à « l »insu » présumé dela Banque Mondiale et du FMI.

3/ Sans limite fixe, la Banque Centrale prend ainsi en charge, y compris sur les fonds

multilatéraux, les besoins de dépenses de « souveraineté » (Armée / Services de Sécurité / Fonds

Spéciaux), correspondant à la logistique apparente de l’appareil de répression . Cependant, au vu

de l’extrême délabrement des Forces Armées, avec des officiers et des soldats en état de

clochardisation avancée, il semble évident que le budget de la Défense Nationale rémunère, de façon

oblique et massive, une minorité de prétoriens en chefs dont la mission consiste à neutraliser la

troupe, afin d’assurer, par la dissuasion du ventre, la pérennité du système de pillage.

4/ Plus significatif encore, les renflouements de la Présidence, à partir de ce compte totalisent 144

millions d’ouguiya soit 500.000 dollars. Le Ministère de l’Intérieur, qui supervise l’entretien du

clientélisme, reçoit 2,3 millions $. Et encore, ces sommes ne concernent qu’un exercice de 12

mois

5/ Ces graves irrégularités se déroulent alors que la Mauritanie abrite un « expert » du FMI

auprès de la Banque Centrale et une coûteuse « Mission Résidente de la Banque Mondiale à

Nouakchott. » L ’on rappellera, pour l’anecdote, que le Conseiller du Gouverneur de la Banque

Centrale, en fait l’oeil du FMI, fut, pour la période sinistrée, un ancien ministre de Pol Pot, qui entend à

peine le français, pourtant principale langue de travail du pays !!!

6/ Le ballet incessant des missions de « revue – évaluation » ne s’est jamais interrompu entre

Washington et Nouakchott, sans qu’à aucun moment les institutions de Bretton Woods marquentla critique ou le doute

3 sur les méthodes de gestion des financements multilatéraux par le pays

bénéficiaire.

En somme, par la facilité à obtenir les liquidités dont il ont besoin, les bénéficiaires privés de

l’appareil d’Etat semblent tenir, pour évidente, la devise : « quand on a une banque centrale à sa

disposition, pourquoi se laisser enchaîner par des impératifs de formalisme comptable ? »

Evidemment, une telle liberté de manoeuvre présuppose un institut d’émission complètement

domestiqué et des bailleurs de fonds complaisants, sinon complices. A cet égard, il n’est pas

indifférent de noter – hasard dont les partenaires multilatéraux ne relèvent la curiosité–que les

postes techniques au sein du dispos itif financiers appartiennent, avec la faveur que la durée

confère, aux parents du Chef de l’Etat. Ceux-là sont inamovibles4 :

OBSERVATIONS :

Nous n’avons jamais cessé de tirer la sonnette d’alarme, afin de dévoiler l’étendue du système de

spoliations des ressources publiques et de réclamer la sanction de leur auteur principal, le Colonel

Ould Sid’Ahmed Taya, au pouvoir depuis 1984. Dans ce cadre, l’on rappellera la publication, entre

1998 et 2000, des enquêtes5 intitulées « de l »aide au crime », « la Mauritanie devant le Club de Paris

Remise de dettes, entre recel et prime à la concussion » et « Népotisme et potentiels de Désordre en

Mauritanie ». L’on se souviendra également de l’appel lancé, en décembre 1998, pour la création

d’une commission d’enquête sur le sort des financements extérieurs et l’origine de l’enrichissement

scandaleux de l’entourage immédiat du Chef de l’Etat. Son auteur, l’Union des Forces Démocratiques

/ Ere Nouvelle ( UFD/EN ), principal parti d’opposition légale sera dissout par décret, dans

l’indifférence des chantres occidentaux de la « bonne gouvernance ». Action pour le Changement (

AC ) subira le même sort, au début de cette année, pour avoir soulevé la problématique de l’esclavage,

des discriminations ethniques et de l’impunité des crimes racistes commandités par le Colonel Ould

13

Sid’Ahmed Taya entre 1989 et 1991. Bien évidemment, la Banque Mondiale n’a prévu aucune ligne

de crédit au traitement de nos contradictions structurelles.

A ces sonnettes d’alarme et cris de colère réitérés, la Banque Mondiale et le FMI répondaient,

invariablement, « la Mauritanie est un bon élève », «les clignotants sont au vert », «le pays a jeté les

bases d’une croissance économique durable » et autres formules rabâchées, tandis que, de tragédie

concrète, les « réalisations économiques » s’avéraient, de plus en plus, en deçà des investissements

consentis.

Jamais les indicateurs réels de la pauvreté n’ont paru plus alarmants, alors, il est vrai, qu’une poignée

d’entrepreneurs, à proximité clanique et familiale du Chef de l’Etat, connaît une prospérité

inversement proportionnelle à la misère et aux frustrations collectives de l’immense majorité des

mauritaniens. C’EST CETTE ENTITE PRIVEE ET MINORITAIRE, en l’occurrence les

Smassid, QUE LE TANDEM BM/FMI FINANCE. Le dernier rapport annuel du Départementd’Etat américain sur la situation des Droits de l’Homme

6 ne s’y trompe qui constate, sans ambages,

« la concentration d’une grande partie des richesses du pays entre les mains d’une minuscule élite,

comprenant la tribu du président et d’autres proches tribus maures, ainsi que le manque de

transparence dans certains modes de gouvernance ( qui ) empêche la croissance économique. »

Sous couvert d’accords conclus avec un Etat manifestement piraté par le trafic d’influence, les

ententes tribales, la corruption relationnelle et l’absence de contre-pouvoirs, les institutions de Bretton

Woods s’obstinent à prendre parti, pour un clan ultra réduit et subjectivement homogène, contre la

masse anonyme des exclus. Pour s’en convaincre, il suffit de noter, durant ces trois dernières années,

la corrélation simultanée entre l’importance des financements extérieurs et les phases de coercition

interne. Chaque dollar supplémentaire pour la lutte contre la pauvreté ( en réalité lutte sans merci

contre les pauvres ), permet au Pouvoir Smassid de s’enraciner par le chantage alimentaire, d’assujettir

et de déshonorer, encore davantage, les populations déshéritées.

Par cette alliance, souvent célébrée au grand jour lors de réc eptions fastueuses à Atar, ville natale du

Colonel Ould Sid’Ahmed Taya, la BM et le FMI s’assument protagonistes de la guerre civile

froide qui oppose un pouvoir autoritaire à sa population démunie, l’une des plus pauvres au

monde . L’analyse la moins rigoureuse ne saurait ignorer leur implication dans les déséquilibres sociopolitiques

et l’avenir des crises intérieures de la Mauritanie.

CONCLUSION :

A regarder, d’un peu plus près, les comptes actuels de la Banque Centrale de Mauritanie, notamment

l’exercice 2001, les fameux « experts » multilatéraux y découvriraient, de quoi démissionner et battre

sa coulpe. Encore faudrait-il présumer leur bonne foi. Si, un jour, ce « compte à régulariser » venait à

l’être effectivement et que les écritures de l’Institut d’Emission étaient redressées :

A/ quelles en seraient les conséquences sur la réévaluation du taux de croissance du PIB, du taux

d’inflation et des indicateurs du budget et de la balance des paiements ?

B/ pourra-t-on toujours soutenir que «la Mauritanie est un bon élève de la Banque Mondiale et du

FMI », à moins d’admettre qu’à cette école-là, on enseigne, au chapitre magistral, la criminalité en col

blanc ?

C/ comment expliquera-t-on le mélange des genres, dans une comptabilité où s’additionnent des

recettes de l’Etat, des subventions privées et des remboursements de la dette extérieure ?

Nous attendons les réponses ou avis de la Banque Mondiale, du FMI et du Gouvernement

mauritanien. A cette fin, nous nous tenons disponibles à tout débat contradictoire.

2002 Diffusion internationale mars sistance é Conscience et R

14

Notes :

1. Curieuse genèse que celle, pour le moins falsifiée ou occulte, d’une Carte Nationale d’Identité Infalsifiable,

principale concession faite par le Régime pour améliorer la transparence des scrutins et limiter le bourrage des

urnes. Nos partenaires multilatéraux trouvent tout aussi anodin que le principal marché de confection et

d’impression desdites cartes ait été accordé à des soumissionnaires de la tribu du Chef de l’Etat.

2. L’origine du renflouement, au coup par coup et à partir de comptes inavouables, explique le délabrement de

la trésorerie de ces dernières années et la grande misère des étudiants qui en dépendent, notamment à l’étranger.

3. A cette réserve près qu’il leur arrive d’admettre, sans en tirer les conséquences, quelques constats d’échec : in

14 janvier 2000, Décision Point Document under the Enhanced Heavily Indebted Poor Countries (HIPC)Initiative.

Prepared by the Staffs of the International Development Association and the International Monetary

Fund 1. Document confidentiel, pas encore disponible en français :

- page 29 alinéa 57 « la Mauritanie qui ne peut recevoir de crédits que de l’ IDA (critere1), garde un

endettement insoutenable en dépit du plein effet des allègements antérieurs (critere 2), avec un ratio

dette/export supérieur à 356% et un ratio dette/pib égal à 160% » .

- Idem, page 9 alinéas 17 : « en dépit d’une crise majeure apparue dès 1990-1991, il faudra attendre 1994

pour que les autorités de la Mauritanie prennent les premières mesures tendant à la sauvegarde de celle-ci

et dont l’inefficacité amène à un nouveau dispositif avec l’accord des bailleurs de fond à la mi- 1998. »

- Ibidem, pages 5 et 6 et annexe1 (tableau) : « durant la période 1992-1998, la Mauritanie demandera 15

renonciations aux critères de résultat auxquels l’engageaient ses intentions dans les programmes signés

avec les institutions financières internationales (I.F.I)

- Enfin, page 7 alinéas 9 et 10, le Rapport « constate l’échec complet de la politique de change sur la période

1992-1998; « les résultats peu convaincant des réformes dites structurelles et même leur effondrement en

1998 », ( page 5 alinéas 6 ).

4. El BEIDAWI OULD ABEID: Directeur général adjoint de la Chinguitti Bank , à capital public

majoritaire

ABDERRAHMANE OULD ABEID : Secrétaire général du Ministère des finances

15

SIDI OULD BAKHA: Directeur des financements au Ministère du développement et des affaires

économiques

MOHAMED OULD TAYA ( frère du Chef de l’Etat ) : Directeur du contrôle des changes et principal

actionnaire privé de la Banque pour le Commerce et l’Industrie BCI

MOHAMED OULD TAYA ( cousin homonyme du précédent) : Directeur Exécutif de la Banque AL WAVA

BAMIS

AHMED OULD TAYA : autre frère du Chef de l’Etat : principal actionnaire de la Générale de Banque de

Mauritanie GBM

MOHAMED OULD NOUEIGUED : Directeur Général de la Banque Nationale de Mauritanie BNM

ABDALLAHI OULD MOKHTAR: Président Directeur Général de la Banque AL WAVA BAMIS

AHMED OULD SIDI BABA : Secrétaire Général de la Nationale d’Assurance et de Réassurance NASR

AHMED OULD DEDDAHI : Trésorier adjoint chargé des dépenses

5. Les deux premiers documents sont signés par le Collectif des Associations et Organisations Mauritaniennes

des Droits de l’Homme ( Paris ), le second par Conscience et Résistance.

6. in Mauritania, Country Reports on Human Rights Practices – 2001, US Departement Of State,

Washington, 4 mars 2002. Pour se faire une idée récente du passif humanitaire du Pouvoir, prière de consulter,entre autres sources, indépendantes

: Plainte contre la Mauritanie, Commission Africaine de Droits de

l’Homme et des Peuples, session d’Alger, Mai 2000.

Drama Noise |
Le rugby et plain d'autre t... |
ASSOCIATION HISTOIRE MILITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asiasialarabi
| Rêve Vole Vers Un Nouveau M...
| Les vidéos chocs de l'actu